QUELS SONT VOS BESOINS?

Connaissez-vous vos besoins?

La plupart du temps, nous définissons nos besoins comme des besoins extrêmement précis. Le besoin de dormir, de manger, de se vêtir, de gagner de l’argent, de contact avec nos pairs, etc.

Nos besoins peuvent être hiérarchisés. Pour certains, le besoin de manger sera plus important que le besoin de se vêtir. Pour d’autres, le besoin de gagner de l’argent constituera le sens de leur vie.

Tous ces besoins ont été catégorisés et hierarchisés par A. Maslow dans une pyramide.

À la base de la pyramide, il y a le besoin de survie. En effet, l’être humain a par exemple besoin d’air, de sommeil, de nourriture, etc. pour survivre. Il a également d’autres besoins que l’on nomme les strokes, que René de Lassus a décrit dans son livre La communication efficace par la PNL. Les strokes sont des contacts humains. Nous avons tous besoin d’une certaine quantité de contacts pour survivre.

Certains strokes sont assez pauvres: un regard, un bonjour…. D’autres sont plus élevés: il peut s’agir d’un échange verbal court, d’un échange d’informations. Certains contacts sont en revanche très riches en strokes: une conversation longue, ou intime, voire même une dispute.

Les strokes peuvent être positifs, tels que des remarques valorisantes, d’affection, etc. D’autres strokes peuvent être négatifs tels que des remarques désobligeantes, des insultes…

Le deuxième étage de la pyramide est constitué du besoin de sécurité. L’être humain doit organiser sa vie pour garantir sa survie, sa sécurité.

Le troisième étage est constitué besoin de reconnaissance. L’être humain a besoin de savoir qu’il compte pour les autres.

Le besoin d’estime, c’est-à-dire de recevoir des signes de reconnaissance positifs de son entourage, constitue le quatrième étage de la pyramide.

Enfin le besoin de réalisation de soi constitue le sommet de la pyramide. Il s’agit là d’affirmer ce que l’on est vraiment, sa nature profonde, réaliser son objectif de vie.

Selon Maslow, des besoins nouveaux c’est-à-dire supérieurs aux autres n’émergent que lorsque le ou les besoins inférieurs ont été relativement satisfaits.

Cette idée peut-être remise en cause. En effet, une personne peut très bien ne pas avoir comblé son besoin de reconnaissance ou d’estime et avoir un besoin irrépressible de réalisation d’elle-même.

Qu’en pensez-vous…?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s