AIMEZ-VOUS LA GLACE À LA VANILLE?

Un soir de printemps dans les années 90, nous sommes invités à un dîner avec mes parents. Nous habitons à l’étranger. La vie est belle. La soirée se déroule merveilleusement bien. Il fait doux. Je suis adolescente à l’époque. Je discute avec mes amis ce soir là. Puis, il arrive sur la table, ce merveilleux dessert glacé au milles couleurs, acheté chez le meilleur glacier de la ville. Mille couleurs mais un parfum dominant: celui de la vanille. Ça tombe bien, j’aime ça. Ce mot me rappelle immédiatement et systématiquement les yaourts à la vanille que je mangeais au goûter en rentrant du « jardin d’enfants ». Car dans les années 70, là où nous habitons -à l’étranger également-, il n’y avait pas vraiment de maternelle comme en France. J’ai le droit à une belle part que je mange avec joie…mais avec une drôle de sensation tout de même. Le plaisir fut de courte durée: deux heures plus tard, je me retrouve vraiment très malade pendant trois jours. Je reprends difficilement le dessus.

D’un bonheur ancré dans des souvenirs heureux, la vanille et plus particulièrement la glace à la vanille vont désormais faire partie des aliments exclus de ma vie. Impossible pour moi de voir une glace à la vanille sans repenser à cet épisode et sans ressentir un écoeurement intense. Même les mots m’y font penser.

En réalité, le but de vous raconter cette petite expérience n’est pas de vous expliquer pourquoi je n’aime pas la glace à la vanille. Il est de gagner en profondeur et de comprendre comment j’ai structuré ma représentation interne de cet évènement, et quelle expérience ou résultat j’en ai tiré.

Nous structurons nos représentations internes avec nos cinq sens: visuel, auditif, kinésthésique (qui inclut le toucher notamment), olfactif et gustatif (nommé VAKOG en P.N.L.). Les sens les plus utilisés chez l’être humain sont le visuel, l’auditif et le kinésthésique. Nous nous représentons généralement la réalité avec un sens qui domine (système de représentation dominant).

Faisons un test (chaque lettre entre parenthèse renvoie à un sens)…

Regardez cette magnifique rose. Lorsque vous la voyez (V), est-ce que vous pouvez imaginer le parfum qu’elle dégage (VO)? Est-il exquis ou fade (K)? Cela vous fait-il penser à un beau jardin ou à un jardin mal entretenu et quelle émotion vous procure ce parfum tel que vous l’imaginez (VK)? Cette rose vous fait-elle penser à l’été (K)? Vous rappelle-t-elle un souvenir? Un beau bouquet que l’on vous a offert un jour peut-être (V)? Comment vous sentiez-vous ce jour là (K)? Ou cette rose vous fait-elle plutôt penser au jardin de vos grands-parents chez qui vous alliez plus jeune (VK)? Vous fait-elle penser aux grandes vacances (K)? A un parc botanique où vous êtes allé peut être (V)? Vous rappelle-t-elle de vous être fait piquer par des épines étant enfant (VK)? Que ressentiez-vous ce jour là (K)? De la douleur (K)? De la tristesse parce que personne ne vous consolait (K)? Vous vous revoyez seul(e) (V)? Que vous disiez-vous intérieurement (A)? Ou finalement cette rose ne vous parle peut-être elle pas…?

20180602_191215.jpg

Regardez maintenant ce chou au chocolat (V) Que vous inspire-t-il? Le trouvez-vous beau (V) ou pensez-vous plutôt au goût qu’il peut avoir (G)? Imaginez-vous la texture de la crème à l’intérieur (VK) ou plutôt l’intensité des arômes du chocolat (VGK)? Vous fait-il penser à un bon gâteau que vous aviez mangé par le passé (G)? Ou peut-être à un gâteau qui vous aurais rendu malade (K)? Comment vous sentez-vous face à ce chou maintenant? Pas très bien (K)? Il ne vous attire pas (K)? Ou au contraire imaginer le goût exquis du chocolat vous donne envie de le manger (VGK)?

Certaines questions vous parlent plus que d’autres, n’est-ce pas? Elles renvoient au(x) sens qui prime(nt) le plus chez vous. Et ce sont ces derniers qui sont créateurs de stratégies mentales et d’émotions positives ou négatives face à telle situation ou tel évènement.

Notre langage et les expressions ou métaphores que nous employons en disent long sur notre système de représentation dominant. Ils décrivent avec précision ce qui se passe dans notre esprit.

Prenons quelques exemples de mots (appelés prédicats linguistiques en P.N.L.) et de tournures de phrases fréquemment employées, renvoyant aux trois sens les plus fréquemment utilisés :

Visuel: voir, apparaître, éclairer, imaginer…

– « tour d’horizon »/ « idées noires »/ « veiller à ce que »/ « tape-à-l’oeil »/ « joli comme un coeur »/ « à la lumière de », etc…

Auditif: entendre, écouter, résonner, jouer, être tout ouïe…

– « avoir la langue bien pendue »/ « mettre la pédale douce »/ « bien entendu »/ « que me chantes-tu là? », etc…

Kinésthésique: sentir, toucher, marcher, prendre, contacter, tourner autour…

– « lessivé » / « main à la pâte » / « être à côté de ses pompes » / « mettre cartes sur table » / « garder les pieds sur terre », etc…

En écoutant une personne parler, vous pouvez donc savoir quel système de représentation prime chez elle en fonction de son vocabulaire et des expressions qu’elle emploie. Cela est d’ailleurs un outil utilisé par les praticiens en P.N.L. et par les super-communicateurs pour se synchroniser avec leur interlocuteur: ils s’alignent en effet sur le ton, le volume, le timbre, le rythme de la voix, mais aussi sur les mots utilisés et accentués par ce dernier.

Les mouvements oculaires (haut, centre, bas, gauche, droite) sont également des indicateurs de la représentation à laquelle une personne accède et quelles sont les opérations mentales qu’elle effectue.

Visuel-Auditif-Kinesthesique.jpg

Si j’évoque avec vous vos dernières vacances estivales, il y a de grandes chances pour que -si vous êtes droitier- vous leviez un très court instant les yeux en haut à gauche si vous visualisez la plage où vous alliez (V remémoré), et en bas à droite si vous vous souvenez de la chaleur que vous ressentiez sur cette plage (K interne).

Il est aussi probable que si j’évoque avec vous vos prochaines vacances et que je vous dis que vous partirez sur une île tropicale, vous vous dites qu’il vous faudra prendre des vêtements très légers et que vos yeux se déplacent au centre à droite (A construit). Et que si vous essayez d’imaginer l’hôtel où vous logerez, vous déplaciez vos yeux en haut à droite (V construit).

Les stratégies que nous élaborons sans cesse dans notre cerveau avec nos sens pour effectuer n’importe quelle action vont être sources de représentations positives ou négatives d’une situation, d’un évènement…

Réexaminons ma mauvaise expérience avec la glace à la vanille. Pour cela scénarisons un peu:

Je me rends au rayon des surgelés au supermarché (K externe). Comme j’ai chaud (K interne), j’aimerais acheter des glaces (K externe). Je passe devant les cornets de glace (K externe). Je vois les cornets de glace au chocolat et j’imagine qu’ils doivent être bons (G/V construit) car la dernière fois que j’ai mangé de la glace au chocolat au restaurant elle était excellente (G/V remémoré). Juste à côté, se trouve les paquets de cornets de glace à la vanille (V). Je me souviens de ce dessert glacé à la vanille que j’ai mangé un soir dans les années 90 (V remémoré). J’éprouve une sensation de dégoût (K interne) car je me dis que je serai probablement encore malade (A interne). Finalement, je prends la boîte de cornets de glace au chocolat (K externe). Je me dis que je vais me régaler (A interne): j’en ai déjà l’eau à la bouche (GK interne). Voilà toute ma stratégie mentale devant les cornets de glace au supermarché. Cette stratégie entraîne des émotions positives (plaisir) et négatives (dégoût) qui me conduisent à faire un choix entre glace au chocolat et glace à la vanille.

Nous avons donc des stratégies mentales qui conduisent au succès et d’autres à une impasse. Comment sortir de l’impasse…? Comment remanger de la glace à la vanille?  Il semblerait que dans ce cas, la sensation de dégoût soit déclenchée par la vue de la glace à la vanille chez moi ( V remémoré) à laquelle j’associe la peur de tomber malade (K interne). Par contre la vue de la glace au chocolat (V) entraîne une sensation de plaisir et de satisfaction (K interne).

Comment transformer cette sensation de dégoût en sensation de plaisir face à la glace à la vanille (K interne) pour m’amener de temps à autre à prendre une boîte de glace à la vanille au supermarché (K externe)?

Il y a plusieurs techniques mais je n’en évoquerai qu’une ici, celle que j’ai appliquée. Pour cela je me suis dit intérieurement (A interne): « C’est de la glace à la vanille et c’est délicieux (G). Je me rappelle des yaourts à la vanille que je mangeais étant petite (V). Ils étaient vraiment très bons (G) et j’étais heureuse d’en manger (K interne). La glace à la vanille aura le même goût que ces yaourts et je serais heureuse d’en manger ». En me disant cela, j’ai reconnecté vanille et sensation de plaisir (K interne), comme je connecte chocolat et sensation de plaisir.

Mais je me suis tout de même interrogée sur un point car il restait quelque chose qui me turlupinait… Qu’est ce qui faisait qu’au moment où je voyais de la glace à la vanille, cela entraînait cette sensation d’écoeurement? Le fait d’avoir été malade par le passé évidemment. Mais il y avait autre chose, j’en étais sûre. Alors je me suis demandée: quelle différence entre la vanille et le chocolat hormis le goût? En fait, c’était la couleur. A force de répétitions, j’ai persuadé mon cerveau que la glace à la vanille n’était pas blanche ou crème, mais marron comme le chocolat!

Depuis, mon cerveau et moi on prend autant de plaisir à déguster une glace au chocolat qu’une glace à la vanille!

Pour terminer, et pour ceux qui se seraient posé la question, vous savez maintenant pourquoi j’ai mis une photo de glace au chocolat en tête d’article alors que je parle de glace à la vanille 😉

Publicités

Un commentaire sur “AIMEZ-VOUS LA GLACE À LA VANILLE?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s