COUPEZ VOUS DU BRUIT DU MONDE.

Septembre 2017. Je tombe sur une émission de télé-réalité que tout le monde connaît certainement : les Marseillais. Je découvre les principaux acteurs de cette émission : des gars musclés et tatoués et des jolies filles minces comme des asperges et à la poitrine refaite. Je regarde une fois, deux fois, trois fois…et bizarrement je m’attache à ces personnes qui sont à des années lumière de mon style à moi. Entendons nous bien: je n’ai rien contre les musclés-tatoués ni contre les bimbos. Chacun fait ce qu’il veut du moment que cela le rend heureux. Bref, je me prends au jeu de leurs aventures que je trouve assez cocasses. Je rate quelques épisodes par ci par là mais ce n’est pas bien grave.

Décembre 2017. Je suis au fond du trou. Je continue de regarder cette émission. Je me rends compte que suivre leurs aventures me permet de « voyager ». Je découvre à travers cette émission, un pays que je ne connais pas et c’est ce qui me plaît.

Les jours passent. Je suis toujours au fond de mon trou que je creuse encore un peu plus chaque jour. Je prends alors conscience que regarder cette émission correspond à un besoin d’évasion. Je sors la tête de mon lave vaisselle et je vois ces gens qui vivent en maillot de bain toute la journée au bord d’une piscine… que font-ils? Ils se créent des problèmes, s’engueulent, se réconcilient, mangent, se baignent, font la fête et travaillent un peu. J’oublie la solitude de mon âme en les regardant. Je me coupe du bruit de mon monde à moi, pour plonger dans le bruit du monde. Souffrant terriblement de stress visuel mais surtout auditif, la télé devient, une heure durant, la grotte dans laquelle mon cerveau et moi trouvons refuge.

Au fil des jours et à mesure que je commence mon processus de changement à partir du mois de janvier 2018, je décroche de cette émission et de la télé en général.

La vie de ces personnes a-t-elle quelque chose de plus que la mienne? Non bien sûr. Moi, j’ai quelque chose en plus: mon mari et des enfants merveilleux. N’est-ce pas une énorme richesse qui vaut toutes les villas de luxe et les piscines du monde?

Mais il y a ce « vide ». Je commence à me former au développement personnel les semaines suivantes et je comprends que ce vide tient à deux choses: premièrement, je suis dans le bruit du monde; deuxièmement, je vis sans légende personnelle comme 95% des gens.

Depuis des années, les jours passent et se ressemblent. Les préoccupations quotidiennes se ressemblent. Les conversations se ressemblent. Les gens que je rencontre se ressemblent. Quelque chose me passionne-t-il? Non.

Je suis noyée dans le bruit du monde. Je zappe sur internet sans rien voir. Je regarde mon téléphone sans intérêt. Je fais défiler les infos sans vraiment les lire car les politiques tournent en boucle. Je suis quotidiennement noyée sous un flot de mails et de pubs sans importance, sous les buzz de « stars » qui font des milliers voire des millions de vue. Nabilla et les autres me plongent le cerveau dans la purée.

Lorsque je prends enfin conscience du néant que cela représente, le réveil est brutal mais salutaire. De fil en aiguille, la P.N.L. me conduit à une autre approche pour appréhender le monde. Et pour mieux l’appréhender, il faut savoir écouter sa voix intérieure au lieu de celle du monde.

Le livre Miracle Morning sera le point de départ de mes séances de méditation. Méditer me permet de me couper du bruit du monde petit à petit. Avec de l’entraînement, je sens que j’arrive à « déconnecter » même lorsque je suis entourée de personnes ou si je suis dans un environnement difficile. Je parviens à chasser mes pensées et surtout à ne pas ressasser. Chaque séance me permet de lâcher prise sur le matériel et d’ouvrir plus profondément ma conscience. L’ouverture se fait plus profonde encore lorsque je médite devant un arbre de notre jardin, que j’affectionne particulièrement. Comme si lui et moi, nous nous parlions.

En me coupant quotidiennement du bruit du monde, mon intuition s’est développée. Ce qui serait passé comme inaperçu ou insignifiant quelques mois auparavant, est apparu comme des signes. Des signes que je suis sur la bonne voie parce que c’est la mienne, celle que j’ai choisie et non celle que le monde m’impose.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s