TU VAS BIEN?

Voilà une question que l’on m’a posée pas moins d’un millier de fois. Et vous? Avez-vous toujours été honnête dans votre réponse? Moi non. Il m’est arrivé de répondre que « oui », tout allait bien alors qu’intérieurement, rien n’allait. Ce « oui » de façade, parfois accompagné d’un sourire de façade, était là pour noyer un chagrin, une solitude ou une tristesse. Ma bouche disait « oui », mais que disait mon corps? Pensez-vous qu’à cette période, mes épaules voûtées, mon teint gris et mes yeux éteints ou inquiets reflétaient aussi ce « oui »?

N’avez-vous pas vous-même eu un jour en face de vous une personne à qui vous avez demandé ce qu’elle avait et que celle-ci vous a répondu « rien » alors que tout son corps et son regard disaient le contraire? Avez-vous cru à sa réponse ou non à ce moment là? Désormais, lorsque je m’apprête à poser cette question à une personne, j’observe préalablement sa gestuelle et son visage. Je ne vais plus à la pêche aux informations si je vois ou que je sais que la personne a « quelque chose », mais qu’elle est naturellement réfractaire à la communication, au partage de sa situation, de ses émotions, ou à toute aide extérieure. Je ne deviens pas le sauveur du Triangle de Karpman, et je ne tente plus de la convaincre de se confier.

On fait tous semblant que notre esprit va bien dans quelque domaine que ce soit, mais notre corps montre le contraire. Et si nous persuadions notre corps que nous allons bien pour que notre esprit aille mieux?

Le matin, comment sortez-vous de votre lit? Comment vous tenez-vous? En traînant les pieds, les épaules basses jusqu’à votre douche? Et si au contraire vous faisiez comme si vous étiez dans une forme olympique: quelques étirements pour détendre votre corps, dos droit, démarche énergique, sourire devant votre miroir…? Quel impact ces deux attitudes auraient elles sur votre esprit, vos émotions? Essayez!

Dans son ouvrage Pouvoir illimité, Anthony Robbins explique bien le lien qui existe entre le corps et l’esprit, entre la physiologie et l’esprit: « qui modifie sa physiologie -sa posture, son rythme respiratoire, sa tension musculaire, le ton de sa voix- modifie instantanément ses représentations internes et son état ». Si changer de représentations internes permet de modifier son état émotionnel, changer sa physiologie également, et encore plus rapidement.

Alors que l’être fatigué aura tendance à marcher voûté sur lui-même et le regard bas, celui qui ne l’est pas aura au contraire la tête et le regard hauts et se tiendra droit. Si celui qui est fatigué se tient comme la personne pleine d’énergie, son corps enverra alors à son cerveau un message selon lequel il est frais et dispos et cela modifiera son état émotionnel.

La physiologie a le même pouvoir de changement sur les personnes déprimées. Parlez, marchez ou asseyez vous comme une personne déprimée et vous ressentirez la dépression. Faites l’inverse avec votre corps et votre cerveau captera le message selon lequel vous n’êtes pas déprimé.

Anthony Robbins prend l’exemple d’une personne qui pleure, paralysée par la peur de la marche sur les charbons ardents. Yeux fermés ou regard bas, cette personne accède à la partie kinesthésique de son système nerveux. Elle est centrée sur ses émotions négatives. En levant les yeux, elle accède à la partie visuelle et se « décentre » donc de ses émotions. Les pleurs s’arrêtent presque instantanément et son état émotionnel change. Vous vous souvenez de cette image dont je vous parlais dans cet article?

Visuel-Auditif-Kinesthesique.jpg

Le lien entre la physiologie et l’esprit, j’ai eu l’occasion d’en avoir la preuve par deux fois sur moi-même. Je vous ai parlé quelques fois d’un problème que j’avais au pied, maladie apparue d’un coup en octobre 2017. Deux biopsies n’ont pas réussi à déterminer de quoi il s’agissait, et quatre ou cinq médecins et autant de traitements différents n’ont pas réussi à soigner cette maladie « inconnue ». Un jour, j’ai décidé d’abandonner mon dernier traitement local en date, de guerre lasse. J’ai aussi décidé de laisser tomber les anti-douleurs que je prenais quotidiennement et de me forcer à marcher comme quelqu’un qui n’a pas mal. Je me suis convaincue que je n’avais pas besoin de tout cela puisque personne ne savait ce que j’avais et que par conséquent je n’avais rien. Je mettais juste quelques gouttes d’huile essentielle de tea tree. Je vous en ai parlé dans cet article récent. Au bout de quelques jours, je n’avais plus mal et ma peau se refermait de jour en jour. Son aspect s’améliorait. Aujourd’hui mon pied est guéri. Mon corps a marché comme quelqu’un qui n’a rien et mon esprit a capté le message jusqu’à en être persuadé. Attention, je ne pousse personne à abandonner son traitement pour guérir! Ma « maladie inconnue » se prêtait à un tel abandon, et je ne peux le dire qu’après coup car cela a marché dans mon cas, qui est spécifique. Ce n’est pas le cas pour bon nombre de maladies qui nécessitent la poursuite d’un traitement, même si un travail intense sur la motivation et la foi en la guérison ne peut pas faire de mal… Le deuxième exemple dont je veux vous parler, je l’ai déjà partagé avec vous. C’est quand je me suis mise à courir et qu’à bout de souffle, j’ai modifié ma posture, et que ma visualisation de réussite a changé.

Le lien entre la physiologie et les croyances et l’esprit des individus, a fait l’objet de nombreuses études, comme le montre Anthony Robbins dans Pouvoir illimité. Il ressort par exemple de celles du Dr. George Engel, du Centre de médecine de l’université de Rochester, que certains cas de morts subites ne peuvent s’expliquer autrement que par les croyances négatives internes des individus concernés. Une personne peut se sentir si seule, avoir si peur ou être si désemparée que cela peut la conduire à la mort. Le rite des sorciers d’une tribu aborigène d’Australie appelé « pointer l’os » est un exemple surprenant et a été décrit par le Dr. Herbert Benson. Ce rite consiste à jeter un sort si puissant que les victimes savent avec certitude qu’elles souffriront de terribles maladies et mourront. Leur croyance et leur physiologie engendrent une force négative si puissante qu’elles détruisent leurs victimes.

Si les états négatifs peuvent parfois tuer tel un stress intense et incontrôlable, les états positifs peuvent guérir. Le rire est un remède exceptionnel dans certains cas car il déclenche des processus biologiques particuliers qui font naître des émotions positives pouvant conduire à la guérison.

Le Dr Paul Ekman, professeur de psychiatrie à l’université de Californie de San Francisco, écrivait en 1985 que l’ « on devient ce que l’on inscrit sur son visage ».

C’est pour cela qu’une incohérence entre la tonalité de la voix et une réponse donnée à une question est facilement perceptible. A la question « comment vas-tu? », si je réponds « très bien » d’une voix faible et hésitante mon corps ne paraît pas adhérer à ma réponse, n’est ce pas ? Lorsque le corps et l’esprit sont cohérents, le cerveau perçoit des messages clairs et nous pousse à agir en conséquence avec beaucoup plus de puissance. Cette cohérence se retrouve chez nombre d’individus connus comme Martin Luther King ou John Kennedy. Imitez la: imitez le ton de leur voix, leur regard, leur posture, leurs expressions faciales. Si vous êtes persuadé de ce que vous dites, vous ressentirez les mêmes émotions que vos modèles.

Et vous, êtes-vous cohérents lorsqu’on vous demande si vous allez bien?

Publicités

2 commentaires sur “TU VAS BIEN?

  1. Il m’est arrivé plusieurs fois de dire que j’allais bien pour ne pas étaler ma vie privée. Il y a des personnes à qui on dirait tout et d’autres à qui, il vaut mieux faire semblant.
    Bel article

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s