Business, Développement personnel, Liberté financière, Motivation, Napoleon Hill, Subconscient, zone de confort

COURAGE VS. PEUR

Juillet 2018. Je vous dresse le tableau. Nous sommes à un apéro chez de bons amis un soir de semaine. Nous sommes une dizaine de personnes et nous nous connaissons tous sans forcément nous fréquenter régulièrement. Il y a parmi nous un chef d’entreprise. Je l’ai croisé quelques fois mais nous n’avons jamais vraiment eu l’occasion d’échanger. En fait, je ne sais pas grand chose de lui. L’image que j’en ai est que c’est quelqu’un qui sort de l’ordinaire: style très branché, pas mal d’humour, assez cinglant et très créatif et fréquentant pas mal de stars. Le genre de personne qui ne passe pas inaperçue lorsque tu la croises mais dont tu ne peux imaginer qu’elle est un entrepreneur redoutable.

Pas mal de difficultés à l’école, pas de bac, ayant quitté l’école à 17 ans, ayant travaillé de nombreuses années pour une très grosse boîte française. Bon poste auprès du directeur de cette entreprise.

Après quelques blagues et quelques blablas très sympathiques et très « communs », mon cerveau décroche car je suis entourée de boucles. Je m’aperçois pour la première fois que lorsqu’on est engagé dans un processus de développement personnel, on a parfois du mal à se connecter aux autres, à ceux qui n’ont pas le même mindset, ce qui est le cas de 95% des gens. Alors que je discutais de la pluie et du beau temps avec plaisir auparavant, je me trouve de plus en plus silencieuse: je n’interviens plus autant dans les conversations et lorsque je parle à quelqu’un, mes réponses ont un tel décalage avec ce qu’attend mon interlocuteur qu’il ne sait pas quoi répondre en retour. Généralement celui-ci attend une réplique basique, terre à terre. Mais toucher une corde sensible en une réponse fait briller soudainement ses yeux de curiosité… « qu’a-t-elle voulu dire par là? », pense-t-il les yeux levés en haut à gauche?

Je laisse travailler son imagination et mon subconscient…qui capte soudainement une phrase, et celle qui tombe ce soir là aiguise soudainement ma curiosité : « j’avais un super poste avec un super salaire, mais j’ai compris que si je restais là je ne serai jamais riche ». Voilà l’entrepreneur qui parle. Alors que les uns et les autres picorent les saucisses cocktail et les canapés sans aucune autre réaction, cette phrase me fais bondir:

« Qu’est ce que tu veux dire par là? », lui dis-je.

Il me répond: « je sentais qu’il fallait que j’avance, que je sorte de mon petit confort et j’ai trouvé un projet fou et original » (celui qui marche très très bien aujourd’hui). « Alors on a sauté le pas avec ma femme ».

Et celle-ci d’enchaîner : « personne ne croyait que ça allait marcher », me dit-elle. « Nous, nous étions sûrs que si, donc nous n’avons pas écouté les gens, on savait au fond de nous que ça allait cartonner ».

Je lui demande s’il lit, et connaît les livres de Napoleon Hill par exemple. Il se marre et me rétorque: « moi, lire? Non je ne lis pas, mais je suis malin! »Plus malin que le Diable, me dis-je intérieurement, en pensant au livre de M. Hill… Voilà un homme qui n’a jamais touché au développement personnel de sa vie, qui ne lit pas, ne s’est pas formé, mais qui a une idée de la liberté financière extrêmement précise et puissante, qui croit en lui et en ses rêves.

Cette conversation me fait jubiler. Soudain, il se tourne vers moi et me demande quel est mon projet? Je lui explique les grandes lignes à lui ainsi qu’à sa femme. Il me balance d’emblée le nom de quelqu’un qui peut m’aider sur un point particulier. Je constate qu’il n’est pas du genre à perdre du temps. J’ai le nom, le numéro, alors je prends exemple sur lui, je ne perds pas de temps non plus: je contacte cette personne dès le lendemain, nous échangeons par téléphone, par mail et nous fixons un nouvel échange pour la rentrée pour faire avancer mon projet.

L’entrepreneur me dit: « t’y crois à ton projet? ».

« Bien sûr que j’y crois! », lui dis-je.

« Si tu n’y crois pas, ne le fais pas. Mais si tu y crois, n’écoute pas les gens qui te diront que ça ne marchera pas. Fonce, n’attends surtout pas que tout soit parfait. Tu fais des efforts énormes pour te former, mais il faut sauter le pas. Sinon, d’autres le feront à ta place. Et si ton projet ne fonctionne pas tout de suite, tu trouveras le moyen qui débloquera les obstacles et qui fera qu’il marchera; ça ne se fait pas forcément du jour au lendemain, mais si tu y crois, ça ne peut pas ne pas marcher ».

Il se tourne alors vers une jeune femme ayant travaillé longtemps, comme son mari, dans un grand restaurant étoilé à Paris. Ceux-ci ont déménagé dans notre ville il y a peu et chacun travaille maintenant dans un restaurant différent, elle en salle, lui en cuisine. Ils ne comptent pas leurs heures. Ils ont pour projet (lointain) d’ouvrir un restaurant. L’entrepreneur demande à la jeune femme: « c’est pour quand le restau? ».

Elle a l’air gêné. L’air de ne pas trop y croire. L’air que j’aurais eu il y a quelques mois encore si on m’avait parlé d’un de mes projets. Est-ce vraiment ce qu’elle veut finalement? Elle lui répond: « je sais pas trop… ».

Il lui dit: « J’investis dans ton projet si tu veux. Vous venez de Paris avec ton mari avec un background en or. Apportez de la plus value maintenant. Plus le temps passe, moins vous pourrez jouer là dessus. C’est maintenant qu’il faut vous démarquer. Tu as une carte à jouer et c’est maintenant qu’il faut la jouer ».

« Je ne sais pas trop… », dit-elle. « Trop de risques… ». J’ai compris que la peur les empêche d’agir elle et son mari. La peur ou la croyance limitante. Ces barrières qui nous font baigner dans notre confort et nous empêchent de vivre nos rêves au prix d’un certain inconfort temporaire.

L’entrepreneur poursuit: « Tu ne prends pas de gros risques, tu as peur de quoi exactement? ». Elle ne sait pas. Comme des millions de personnes sur cette planète ne savent pas ce qui les empêchent d’agir.

En arrivant à cet apéritif, j’étais un peu perdue par rapport à mon processus de développement personnel. Ce soir là, j’ai la certitude qu’une « force », que « quelque chose » a mis sur mon chemin ces personnes et ces échanges. J’ai vu et écouté en l’espace d’une heure, telle une spectatrice, ce que deux états d’esprit différents peuvent faire dans leur vie. Quels chemins ils empruntent et quels rêves ils poursuivent. J’ai su en me couchant cette nuit là, que j’avais choisi le bon chemin.

 

Développement personnel, Emotions, Lecture, Liberté financière, Motivation, Napoleon Hill, visualisation mentale

NABILLA OU NAPOLEON?

Si vous aimez Nabilla, passez votre chemin. Je dis ça, mais il y a quelques mois encore, cela ne m’aurait pas dérangée de me vider la tête devant ses aventures. Oui, « vider la tête » est bien l’expression qui convient si vous suivez les aventures de Nabilla. Non pas que vous ayez ou que cette dernière ait la tête vide. Je veux dire par là sur un ton provocateur que ce dont je vais parler aujourd’hui n’a rien à voir avec uniquement les paillettes, les vêtements, les bijoux et les villas de luxe. Cela n’a rien à voir avec le paraître (par-être), mais plutôt avec l’être.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre incontournable en matière de développement personnel, qui ne vous videra pas la tête mais au contraire vous la remplira ainsi que votre porte-monnaie si vous appliquez les principes qui y sont inscrits. Il s’agit de Réfléchissez et devenez richeouvrage indispensable à ceux qui veulent notamment atteindre la liberté financière, mais dont les grands principes peuvent être appliqués dans tous les domaines de votre vie.

Napoleon Hill avait pour mentor Andrew Carnegie, multimillionnaire américain de l’acier. Il écrit ce livre en pleine dépression des États-Unis après la crise de 1929. Période de dépression, mais aussi période de nouvelles opportunités à saisir.

Napoleon Hill a enquêté et interviewé des centaines de personnes riches de son époque afin de percer les clés de leur succès. Il nous dévoile dans ce livre les résultats d’une enquête ayant duré plusieurs décennies. À travers de nombreux exemples, notamment celui de Thomas Edison (inventeur de l’ampoule électrique) et celui des frères Wright (constructeurs du premier avion), Napoleon Hill nous révèle les principes pour devenir riche.

Avant de rencontrer le succès, la plupart de ces personnes n’ont pas été prises au sérieux et personne ne croyait en leur projet. Les échecs essuyés ont aussi été nombreux. Ceux qui réussissent ont un désir vif, ardent, brûlant de réussite. Ils n’ont pas un simple souhait vague et imprécis. Leur objectif est clairement défini et précis. Tous leurs efforts sont focalisés vers la réalisation de celui-ci.

L’auteur distingue six étapes pour y parvenir:

– quel montant chiffré voulez-vous?

-quels engagements précis allez-vous consentir pour obtenir cette somme?

-quand voulez-vous obtenir cette somme? À quelle date précisément ?

-faites un plan très détaillé d’action pour parvenir à votre objectif et agissez, que vous soyez prêt ou non. Utilisez votre intelligence et votre imagination!

-écrivez sur papier tout ce qui précède.

-relisez à voix haute ce que vous avez écrit deux fois par jour (matin et soir).

Visualisez vous et ressentez les émotions comme si vous étiez déjà en possession de la somme désirée.

C’est une étape essentielle de la réussite car elle amplifie l’intensité du désir et la conviction de votre capacité à atteindre votre objectif. Plus votre conviction de réalisation sera grande, plus vous serez prêt à atteindre votre objectif. Comment se convaincre? La répétition d’affirmations est un outil puissant pour amener votre subconscient à être convaincu que vous atteindrez votre but. La lecture de votre plan à voix haute de même que vous imaginer avec la somme d’argent voulue et ce que vous pourriez faire avec, permet d’amplifier les émotions positives ressenties et la portée de vos affirmations. Plus vos émotions seront positives, plus vous serez convaincu. Et plus vous serez convaincu, moins vous devrez vous forcer en faisant appel à votre volonté consciente de mettre en oeuvre votre plan d’action.

La confiance en soi est également indispensable. Que signifie-t-elle? À la première personne, dites vous que vous êtes capable de parvenir à réaliser votre but et que vous engagerez une action en continu jusqu’à l’atteindre. De plus, agissez selon vos pensées. Plus vos pensées seront positives, claires et précises, plus vous agirez dans le même sens. Développez également votre conviction un peu plus chaque jour. Rédigez de manière claire les objectifs que vous voulez atteindre dans votre vie et poursuivez votre processus de conviction. Une idée fondamentale transcende le tout: la recherche de justice et de vérité est indispensable à toute action. Vous devez donc poursuivre un but satisfaisant toutes les parties, ne lésant personne, et en vous aidant des autres.

La nourriture de l’esprit est au moins aussi importante. Lire et se former tout au long de sa vie est essentiel, mais le passage à l’action l’est tout autant ce, grâce à un plan d’action très précis. C’est là que l’imagination et la créativité entrent en jeu.

Le passage à l’action est la clé de tout succès. Vous aurez beau lire cent livres, suivre dix formations, ou établir un plan extrêmement précis, si vous ne passez pas à l’action, vous n’atteindrez pas votre objectif. Utilisez vos connaissances et vos compétences pour servir vos intérêts et ceux des autres. Apportez un service de qualité aux autres avec une forte valeur ajoutée et satisfaisant toutes les parties.

Toutefois, l’auteur prévient que de nombreux obstacles et de nombreuses défaites sont possibles si le plan choisi n’est pas le bon. Le plan doit être revu tant qu’il ne fonctionne pas. L’échec n’est jamais définitif et la prise de risque est indispensable au succès. L’échec n’a rien à voir avec les compétences d’un individu mais avec la procrastination, c’est à dire le report des étapes et des actions prévues dans le plan. Seules solutions: prendre des décisions rapides, persévérer et constituer son groupe master mind avec des personnes ayant les connaissances et les compétences nécessaires à la réalisation du plan.

J’applique quotidiennement tous ces principes pour un projet qui fera évoluer ce blog à la rentrée. Et vous, procastinez vous ou êtes vous passé à l’action?