Développement personnel, Lecture, Paulo Coelho, Uncategorized

QUELLE EST VOTRE LÉGENDE PERSONNELLE?

3 heures du matin. Je me réveille sans raison. Je ne parviens pas à me rendormir. Je pense à mes objectifs et aux dernières barrières mentales que je dois briser. De quoi ai-je peur tout compte fait? De ne pas savoir faire?

Je pense à mon évolution depuis le mois de janvier. Encore au mois de décembre 2017, jamais je n’aurais pu penser être en train d’écrire un article sur mon blog à 6h du matin. L’idée de créer un blog ne m’avait pas encore traversé l’esprit. L’idée de m’intéresser au développement personnel non plus. Et encore moins celle de me passionner pour le web marketing. Jamais je n’aurais pu imaginer que des semaines durant, j’allais découvrir tant de richesses: des personnes incroyables et bienveillantes, des projets fous, des signes…

J’ai toujours eu une très grande intuition (je vous en parlerai dans un prochain article) mais je n’ai jamais su voir les événements, les rencontres ou les petites phrases de la vie comme des signes. Depuis que j’ai entamé mon processus de développement personnel, je suis très à l’écoute des signes. Je repense à cet entraîneur de foot rencontré il y a quelques jours pour l’inscription de mon fils. Personnage « étrange », me suis-je dit en le voyant. Il me dit que mon fils sera sur liste d’attente. A la fin de notre entretien, je lui dit « y a-t-il de l’espoir pour qu’il ait une place? ». Il me fixe avec son regard dur mais profond: « Madame, dans la vie, il y a toujours de l’espoir en tout ».

3h45. Me revient en mémoire un livre dont Steve Abd al Karim nous a parlé il y a trois mois de cela lorsque j’ai commencé sa formation Booster d’excellence. Ce livre, nous a-t-il dit, parle de notre « légende personnelle ». Cela avait éveillé ma curiosité sans que je ne comprenne vraiment le sens de cette phrase. Je cherche sur le web la version audio car il faut que je le commence, là tout de suite. Je prends mes écouteurs. Play.

Ce livre qui m’a définitivement marquée, c’est L’Alchimiste de Paulo Coelho. Je commence l’écoute. Dès les premières phrases, je suis transportée.

Je fais la connaissance de Santiago, jeune berger Andalou, qui va faire un voyage initiatique.

Destiné à être prêtre pour faire plaisir à ses parents, il décide finalement à 16 ans de devenir berger. Heureux de sa vie solitaire avec ses chèvres, il se nourrit de lectures et rêve d’horizons lointains. Un rêve qu’il fait par deux fois va le conduire à quitter son quotidien et son troupeau (sa zone de confort, je dirais…). Il rêve d’un trésor enfoui au pied des Pyramides d’Égypte. Trouver ce trésor devient alors son but ultime, sa « légende personnelle ».

Il prend le bateau pour le Maroc, jusqu’à Tanger. Il se sent perdu: il ne parle ni ne comprend l’arabe et repense à ses chèvres. Il a peur et regrette. Des rencontres vont alors se succéder… Une gitane, d’abord, lui apprend à interpréter son rêve. Puis il rencontre un vieil homme qui s’intéresse au livre que Santiago a emporté : Melchisédech, roi de Salem. Celui-ci, qui semble connaître Santiago sans l’avoir jamais vu, le pousse à chercher le trésor. Il lui donne deux pierres pour l’aider dans ses choix. Puis sa route croise un marchand de cristaux. Ce dernier qui est resté dans sa zone de confort toute sa vie, voit son commerce péricliter depuis des années. Il le fait travailler dans sa boutique et lui donne de l’argent.

A la recherche de son trésor, Santiago traverse alors le Sahara avec une caravane. Il est accompagné d’un Anglais qui passe son temps à lire, mais qui a également un but: trouver un alchimiste. La caravane atteint son objectif: une oasis dans le désert. Santiago tombe amoureux d’une belle jeune femme, Fatima, qui le pousse à poursuivre son rêve. Il rencontre des personnages divers et surtout l’Alchimiste dans le désert, non loin de l’oasis. Ce dernier lui apprend à lire les signes et à écouter l’âme du monde pour aller au bout de son rêve, de sa légende personnelle.

Qu’est ce que l’alchimie? Selon le Larousse, il s’agit de l’ « art de purifier l’impur en imitant et en accélérant les opérations de la nature afin de parfaire la matière ».

Et c’est ce qu’il va se passer. A mesure que Santiago se rapproche de son trésor, les signes se font de plus en plus présents, et on ressent l’épreuve terrible qu’il doit affronter pour y parvenir. Courage, patience, méditation, connaissance de soi et de l’autre, remises en question, doutes. Le désert plonge le jeune homme dans les profondeurs de son âme.

Santiago parviendra seul au pied des pyramides où il fera enfin la découverte de sa légende personnelle. Qu’est-elle…?

Je n’en dit pas plus pour ceux qui n’ont pas lu le livre.

4h30 du matin, quelques jours plus tard. Je termine l’audio du livre assise par terre dans mon bureau. Je suis « hypnotisée ». Je ne sais pas si le lire en version papier me ferait le même effet. Mais écouter ce récit la nuit a un côté presque mystique. Je l’achèterai en version papier, c’est sûr. Et je le réécouterai.

Je suis sidérée. Peu de choses m’ont autant émue dans ma vie à part mon mariage et la naissance de mes enfants. D’après ce que j’en ai lu sur internet, ce livre a eu autant de critiques positives que négatives.

Mais qui s’intéresse au développement personnel trouvera dans ce livre toutes les clés ouvrant les portes de sa légende personnelle. Pour ma part, il m’a plongée dans un abîme. Un abîme de richesses.

Uncategorized

Merci.

Février 2018. Je revoie D. pour notre deuxième séance. Je vais bien. Je lui fait part de mon changement d’alimentation et de mode de vie. Il me demande si j’ai changé d’objectif. Ai-je retrouvé ma vraie nature? Oui, je suis gaie, sereine, joyeuse et épanouie avec ma famille et mes amis. Je reviens de loin. Peut être est-il temps d’affirmer cette nature retrouvée? Je ne sais pas trop comment m’y prendre…

Lors de la séance de rééquilibrage des méridiens, il détecte le sentiment d’abandon que je ressens au plus profond de moi. Car oui, je me sens seule. Il me dit: « vous avez l’impression que tout le monde s’en fout de tout ce que vous donnez pour les autres? ». L’expression employée me fait beaucoup rire. Voyant ma réaction, il rit aussi. C’est ça. Cet homme est clairvoyant. Je ris en pleurant en fait. Rendez-vous est pris pour dans trois semaines avec des exercices à faire à la maison.

Mars 2018. J’aurais confirmation quelques jours plus tard de la véracité de ses propos lorsqu’une des personnes qui m’est la plus chère au monde, me reprochera, outre des choses totalement fausses, que « ma famille ne compte pas pour moi ». Je suis anéantie. Terrassée de douleur. Tant d’années à aimer mon mari et mes enfants, à tirer un trait sur ma carrière après de longues et brillantes études. A passer des mois et des mois de nuits blanches, à les veiller la nuit, à me battre pour les soigner. A vouloir toujours ce qu’il y a de mieux pour eux, à les gâter, à les cajoler, à donner le meilleur de moi-même jusqu’à m’oublier, puis me perdre.

J’encaisse. Je pleure. Je retombe au fond de mon trou. Je ne comprends pas comment il est possible d’avoir une vision aussi déformée de la réalité, une vision aussi fausse de moi et de mes actes.

Quelques jours après, je regarde ce magnifique arbre que nous avons dans notre jardin, avec ses branches nues, mais tellement imposant. Je pense à des choses que je n’ose pas exprimer tellement je suis rongée par la douleur et un profond sentiment d’injustice.

Voilà, je suis nue moi aussi comme les branches de cet arbre. Je ramasse les feuilles mortes avec mon râteau alors que mes larmes se mêlent à la pluie. Suis-je aussi morte que ces feuilles peuvent l’être?

Les jours qui suivent sont pénibles mais surprenants. Chaque jour, un événement vient contredire les remarques si fausses que l’ont m’a dites, comme une succession de pieds de nez.

Et puis je comprends enfin. Cette épouvantable claque que j’ai reçue n’est pas le fruit du hasard. Autant les choses que l’on m’a dites sont fausses, autant je me dit qu’il est possible que moi, j’ai peut être renvoyé une image de moi-même aussi éloignée de la réalité. Aurais-je par la perte de ma propre personne, montré une image aussi déformée de ma nature profonde? Aurais-je attiré à moi la tristesse que je ressens? C’est à ce moment là que je remercie le ciel de la claque reçue il y a quelques jours.

Uncategorized

La mono.

Janvier 2018. Je fais quelques recherches de régime sur le web. Weight Watchers me tente bien. Je goûte quelques plats de supermarché. Ils sont délicieux. Comment font-ils pour diminuer autant les calories en gardant un goût aussi « classique »? Finalement, je me lasse au bout de quelques jours.

Je compte les calories de tout ce que je mange grâce à une appli téléchargée sur mon smartphone. Mon objectif est de ne pas dépasser 1300 calories ce que je fais aisément. Par contre, compter les calories c’est la corvée.

J’avais fait il y a quelques années, le régime du Dr Cohen. Celui-ci fut très efficace puisque j’avais perdu 10 kilos en 3 mois sans privation mais juste en limitant les quantités et en comptant les calories.

Bien qu’il ait fait ses preuves sur moi, je recherche autre chose. Quelque chose de plus tonique, de plus radical. Je tombe alors sur Fitnext, la méthode de sport et de rééquilibrage alimentaire développée par Erwann Menthéour, coach sportif venu d’une autre planète! Cet homme est hallucinant! Je regarde toutes ses vidéos sur YouTube et je suis conquise par son approche de la remise en forme. C’est une approche globale, bienveillante, qui recentre l’être humain sur ses principaux besoins physiques et donc spirituels.

Je m’inscris donc dans le programme « perte de poids ». Et c’est là que ça se corse et que ça me plaît ! Le programme débute par une monodiète de trois jours. Trois jours de pommes, ou de ce que vous souhaitez comme fruit ou légume du moment que ce soit toujours le même aliment. J’achète mes kilos de pommes. Pommes au petit déjeuner, pommes à 10h, pommes au déjeuner, pommes au goûter et enfin pommes au dîner. Le tout arrosé de tisanes, notamment celle de thym le soir que j’affectionne particulièrement.

C’est un vrai challenge mais le reflet que je vois dans le miroir commence à changer. Je dégonfle presque à vue d’oeil. C’est incroyable. C’est à ce moment que je me rends compte à quel point mon corps était en état d’inflammation.

Le premier jour, j’étais tout feu tout flamme. Le deuxième a été dur. Le troisième plus simple car le dernier.

Je suis sur la bonne voie car j’ai fait le bon choix. La diversification est réintroduite le quatrième jour avec des fruits et des légumes frais à découvrir ou redécouvrir. Le chou rouge et le radis noir sont mes nouveaux amis. Les noisettes et les figues séchées, mon péché mignon. Et mon carré de chocolat noir 85% de cacao, mon petit plaisir quotidien. Les jus de fruits frais sont de la partie tous les jours. J’ai investi dans un Nutribullet la rolls des blenders, qui conserve tous les nutriments.

Je me sens bien, plus légère et tonique. Le yoga et le sport sont au rdv. Je découvre le gainage. C’est dur et motivant, même si le temps me manque souvent à cause de mon emploi du temps avec mes enfants.

Mon corps change en même temps que mon état d’esprit grâce à D. et à Erwann. J’ai de la chance d’avoir de si bons amis dans la vie! J’ai comme l’impression que la roue tourne…

Uncategorized

Le jour où tout a changé

Janvier 2018. Après des fêtes de Noël sans beaucoup de joie, je rencontre par hasard une de mes connaissances dans la rue.

Elle me parle de son enfant et me dit qu’elle va l’emmener voir un kinésiologue qui a déjà fait des miracles sur son aîné. Elle me donne ses coordonnées. J’avoue que ça me titille…

Je me dis pourquoi pas prendre rdv pour mon fils également. Ça pourrait l’aider sur certains points peut être. Je prends aussi rdv pour moi pour la veille. Je crois mon cas désespéré mais le monsieur a l’air très sympathique au téléphone. Le ton de sa voix est posé et il a l’air positif. Ça m’étonne, d’ailleurs. Je me rends compte à quel point je n’ai pas l’habitude d’entendre des voix de cette teneur autour de moi.

Février. Je pars à mon rdv. Ambiance zen et petite musique dans la salle d’attente. C’est agréable.

A vrai dire je ne sais pas pourquoi je viens. Lui raconter ma vie? Mes projets? Decoincer des parties du corps? Je n’ai fait aucune recherche préalable sur internet pour savoir en quoi consistait la kinésiologie. Mais je suis assez ouverte aux « médecines » alternatives.

D. me reçoit dans son bureau et me demande pourquoi je viens. Je ne sais pas trop quoi lui dire. Je lui réponds que je suis très stressée, surtout par le bruit.

Il me scrute derrière ses lunettes et me demande d’une voix douce quel est mon objectif. En voilà une question bizarre. Je ne me suis jamais demandée quel était mon objectif. Je lui dit que je ne sais pas si ce n’est de sortir de ce stress visuel et auditif qui me pourrit la vie.

Il me pose trois, quatre questions. Je déverse tout ce que j’ai sur le coeur. Tout ce stress et cette souffrance endurée, je les vomis devant lui. C’est très dur émotionnellement. Il m’explique que mon cerveau reptilien a pris le contrôle car je me sens constamment en danger et donc en alerte. Que je n’ai plus de territoire à moi car je fais passer depuis de nombreuses années les autres avant moi. En gros, je me suis abandonnée.

D. est très attentif et bienveillant. Il me guide naturellement vers l’objectif que je souhaite atteindre. Je veux retrouver la sérénité, ressentir de la joie comme avant. Retrouver ma vraie nature. Nous notons cela et il commence les mouvements de kinésiologie.

Il détecte un déséquilibre entre cerveau gauche et cerveau droit et me pose quelques questions qui me parlent beaucoup. On dirait qu’il lit ce qui est enfoui au plus profond de moi. Il me parle, en touchant mes mains, de ma phobie du temps qui passe, ce qui est tout à fait juste et ce dont je n’ai jamais parlé à personne. Et m’explique qu’elle vient du moment de ma naissance. Effectivement, je fais le lien avec un événement qui pourrait expliquer cette relation particulière que j’ai avec le temps qui passe.

La séance prend fin. Nous fixons un nouveau rdv trois semaines après.

Je me dirige vers ma voiture avec une sensation que je n’ai encore jamais connue de toute ma vie. Je me sens légère et surtout je ne pense à RIEN.

Je rentre à la maison. Tout glisse sur moi comme sur des plumes. Le bruit ne m’atteint pas, le visuel ne me fait rien. Je me sens merveilleusement apaisée. Un voile blanc s’est posé dans ma tête. Mon changement de vie a commencé…